Bromo-Tengger-Semeru National Park, Java ( Comme un Cortege )


Advertisement
Indonesia's flag
Asia » Indonesia » Java » Bromo Tengger Semeru
March 15th 2014
Published: March 16th 2014
Edit Blog Post

12 mars

Je quitte le Palm Hotel de Bondowoso a bord d'un cyclo-pousse alors qu'il est plus ou moins 9h00AM.

Sans surprise, les gens me regardent passer en donnant du coude a leur voisin. Je les salue comme une duchesse, serre sur mon packsack qui prend les 3/4 de l'espace sur mon carosse.



Au Terminal de bus, je remercie le cycliste d'une poignee de main alors que ses confreres me souri en l'enviant. Je remet le 1$ demande pour la course alors que j'embarque dans un local bus creve.

Ce sera une longue route de deux heures et demie vers Probolinggo.



Il y a, dans l'autocar, des petits distributeurs de sacs a vomit qui pendouillent au plafond comme des clochettes.

Heureusement pour moi, mon estomac restera en place.



J'attend calmement que le temps passe en saluant les passagers et en leur partageant mon sac de cacahuetes.

Mon voisin de banc s'allume une clope en plein bus.

"You smoke?" qu'il me demande.

"No. Cigarette poison." que je lui repond alors qu'une vapeur d'exas me frappe au visage.

Voila qui est bien fait pour moi.



La ride s'etire etrangement... alors que le deux heures et demie prevu devient plutot un quatre heures bien comptees.

C'est que les amortisseurs qui toussottaient au depart ont rendu l'ame durant le trajet.

Bon.

Et voila qu'on nous transfert de bus maintenant... alors que l'autre autocar etait deja plein.

Le calcul est facile: X nombre de places pour X2 nombre de passagers.

C'est comme essayer de faire entrer un trop grand triangle dans un trop petit cercle.

Jeu de maternelle: deux formes geometriques differentes.

Les pieces du puzzle ne coincident pas.

Ca ne fitte pas. Ca, tout le monde le sait..... a moins, bien sur, qu'on les force a fitter.

...



Les portes du bus gonfle s'ouvrent au Terminal de Probolinggo, enfin, et la ferraille-mobile se met a vomir ses passagers.

Ouf.

Pas eu besoin de petit sac a vomit du plafond pour ca.



Je me retrouve donc la, sur les quais du Terminal, a reprendre mon souffle... ce souffle que j'ai mit de cote alors qu'on changeait de bus.

C'etait pourtant bien parti cette histoire de transport au depart de Bondowoso.



Tout pres du Terminal, des minivans aux allures de grille-pains guettent les voyageurs qui veulent rejoindre le fameux volcan Gunung Bromo (2392 metres). J'y rejoins quelques touristes qui poireautent (patiemment), attendant que les quinze personnes demandees soit au rendez-vous pour pouvoir partir vers les montagnes. C'est que le toaster part que lorsque le quotas est atteint.

Je suis donc la a attendre, sur le bord du stationnement, a manger des fruits exotiques etranges aux couleurs fluo.

Et celui-ci qui a la peau ecaillee,

et celui-la imitant l'oursin,

ou ce gros ballon de football a crampons qui goute fadement la courge musquee.

Bref.

J'attend... alors que la decision est prise par le groupe de payer l'extra des passagers absents.

Le depart est donc imminent.



Sur la route, le conducteur semble presse. Lui aussi.

Presse comme tous les conducteurs Indonesiens donc.

On s'agrippe les uns aux autres alors qu'on serpente en ascension, le long des ravins brumeux.



Il se met bientot a tomber une faible pluie alors qu'on atteint le Yoschi's Guesthouse, hotel pendu au decor invisible de l'endroit. C'est que les nuages cachent totalement l'imprenable vue presentement.

Je me demande sincerement ce que ca va donner... car a 3h00AM cette nuit, on cognera a ma porte de chambre... et j'irai assister a ce lever de soleil qui fera apparaitre les trois volcans du Bromo-Tengger-Semeru National Park dans l'horizon.

"One of the most beautiful sunrise you'll ever see".

Ouaip.

Peut-etre.

Pour ce que je pourrai en voir...





Notes a Moi-Meme:

1- Prix du petrole a Java: 55 sous le litre.

2- Etre sur une photo avec un blanc ici montre la solidite de votre entreprise. "Faites moi confiance: j'ai un ami "Foreigner". C'est donc pourquoi on a prit mon portrait aujourd'hui: pour que ma face puisse faire vendre des billets d'avion, dans une agence de voyage, a quelque part sur l'ile de Java.



13 mars

"Security" qu'on me lance a travers la porte de ma chambre au Yoshi's Guesthouse.

Il est 3h00AM tapant.

C'etait le mot de passe ca, "Security", comme si quelqu'un d'autre pouvait cogner a ma porte en pleine nuit, perdu au creux des montagnes.

Je me leve donc et tres rapidement me retrouve dans le restaurant silencieux a me caler de la cafeine instantanee.



Heureusement, il ne pleut pas. Et le noir du ciel semble degage.



Pas eu beaucoup de temps pour me reveiller... que deja, je prend place dans un jeep 4X4 qui sent fort la gazoline et me dirige vers le haut de la montagne.

Ca parle peu dans le vehicule tout-terrain.

Tous colles les uns sur les autres et encore engourdis par le sommeil, notre groupe fixons l'hypnotisante route raboteuse eclairee par les phares fatigues du jeep.

Ca brasse dans le creux de la nuit.



En tres peu de temps, nous rejoignons une filee de 4X4... et puis on se fait rejoindre par une filee d'autres aussi. On parade donc tous comme ca, au milieu de la nuit.

Comme un cortege d'explorateurs.

On se sentait seul en allant a la mine de souffre d'Ijen vous savez, mais ca ne sera pas la meme histoire pour Bromo.



On atteint le "viewpoint" pour le lever du soleil alors que la fin de la route est deja bien occupee par les jeeps et les motos qui tentent de trouver un endroit ou s'eteindre.

On sort de notre 4X4 alors qu'une maree de chinois deferle sur le "viewpoint". Devant moi, les touristes se cordent le long de la cloture usee pour etre aux premieres loges pour les premieres lueurs du soleil... alors que moi, je me retire pour observer la folie de la foule excitee.

Les trepieds sont prets. Les "snipers" visent l'infini nocturne... alors que le rose de l'eveil solaire s'etend tout doucement sur l'incroyable horizon. La brume s'eleve de la vallee alors que les pointes des tours volcaniques se mettent en scene.

Le Bromo au loin fume comme une centrale nucleaire.

La vue est effectivement incroyable je l'avoue... mais l'etouffante foule qui se tient devant moi comme un mur vient quelque peu palir le privilege du moment. Tant pis.



On quitte bientot le "viewpoint" alors que le soleil est bien sortit, et que le gros de la foule s'est eclipse des estrades.

C'est qu'on ira jusqu'au fumant cratere du Gunung Bromo... nous aussi.



On rembarque donc dans le jeep serre, et reprenons la route poussiereuse... en suivant encore une fois le cortege des 4X4.

...

Des dixaines de cavaliers attendent les touristes au bas du Bromo, en esperant louer leur monture pour rejoindre le pied du volcan. Pour ma part, je prefere me rendre tout en haut, sur le rebord des levres du bouillant precipice, en gardant mes bottes bien ancrees sur l'explosif sol desertique.

Assis par terre, des moustachus tentent de vendre des bouquets de fleurs sechees aux touristes. C'est qu'en balancer dans le cratere eloigne les mauvais esprits parait-il. Je n'adhere pas beaucoup a ces contagieuses superstitions vous savez... mais ce petit homme juste la, avec son poulet sous le bras, ne semble pas etre du meme avis!

Ouaip.

Pour lui, un bouquet de fleurs ne suffisait pas.

Malheureusement, sa bete sacrifiee ne se rendra jamais dans la casserole au fond du cratere.

La voila maintenant qui picore innocemment sur les rebords de l'entonnoir fumant alors que l'homme de foi a totalement manque son tir.

Le petit homme ne se rendra jamais aux olympiques moi je dis.



On retourne tous au Yoshi's Guesthouse par la suite... ou une longue journee dans les transports m'attend.



Je retrouve donc Probolinggo, apres une descente nerveuse en grille-pain que j'ai partage avec d'autres foreigners bien propres... et pis je m'ecrase ensuite rapidos dans un mini-bus climatise en direction de Yogyakarta, plus a l'ouest sur l'ile de Java.

J'aurai droit a un 10 heures de route.

C'est long 10 heures de route.

Mais bon, je suis quand meme chanceux: le mini-bus est pratiquement vide et j'ai le sommeil pesant dans les paupieres.

Je passerai donc une bonne partie du trajet allonge sur une rangee de bancs vides, sous les jets refrigeres de l'air clim. surexploitee.



Destination: Yogyakarta



Etienne X

Advertisement



Tot: 0.238s; Tpl: 0.019s; cc: 47; qc: 176; dbt: 0.0422s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.8mb