Trekking the Tiger Leaping Gorge / 虎跳峽, Chine ( ou Les Petites Souris Masquées )


Advertisement
China's flag
Asia » China » Yunnan » Tiger Leaping Gorge
March 2nd 2015
Published: March 6th 2015
Edit Blog Post

1 mars



Je quitte Lijiang aux petites heures.

Le soleil vient à peine de se lever que je me retrouve déjà dans un bus en direction de Qiaotou, point de départ pour un court trek au Tiger Leaping Gorge.

...



Il est 10h30AM lorsqu'on nous débarque à l'entrée d'une route de gravel qui monte tout doucement vers les montagnes.

On est 5 foreigns: deux écossais, un philipin, une biélorusse (!) et moi-même.

Et sans surprise, un groupe d'étudiants chinois aussi.

Ces derniers ne semblent pas avoir bien compris dans quoi ils s'embarquent exactement.

Les fillettes chinoises sont en jeans et ballottent maladroitement dans leurs souliers plateformes.

Elles rient en me voyant me pavaner en t-shirt.

Bientôt, lorsque l'ascension va débuter, elles ne riront plus une seule fois.

C'est que la journée de trek n'est pas facile.

Des montées en S qui n'en finissent plus

et des passages pendus aux parois des ravins, plongeant parfois jusqu'à 1200 mètres au fond de la gorge du Tigre.



On se met rapidement en marche.

Les jeunes chinoises, cachant leurs efforts sous des masques de dentistes, lancent de petits cris aux allures de jouissance à chaque enjambées.

Comme des souris.



Le vent est frais mais le soleil est si fort qu'il réchauffe rapidement l'air et brûle la peau.

Des palefreniers suivent notre groupe. Ils ont flairée l'opportunité de peut-être louer leur monture aux chinoises qui semblent exténuées après la première pente.

Des marchands ridés se sont installés le long du chemin aussi, sous des abris de fortune. Ces derniers ont également flairée la bonne affaire.

Bouteilles d'eau, Snickers... et marijuana.

Ouaip.

Boire beaucoup d'eau est nécessaire ici, mais fumer du pot dans l'effort physique, sous un soleil de plomb... peut-être un peu moins. Mais bon. Cette désagréable expérience pourrait (si on l'espère) se vivre ici-même.



La marche se complique et bientôt, nous essouffle.

Les souris masquées sont derrière moi. Elles souffrent en se tenant la main.

Mais malgré le déplaisir de leur journée, elles finiront toujours par trouver un sourire économisé pour les photos, qu'elles feront sous leur masque, en levant les doigts en signe de peace comme des gamines.



Autour de nous, les montagnes enneigées nous emmurent totalement. La violence d'un coup de vent pourrait aisément nous projeter au creux de l'insondable gorge.

C'est à se sentir si petit.

Il y a aussi des cabanes dans les pentes.

De rares agriculteurs y regardent pousser leurs jardins en étage, seuls, serrés par cet écrasant passage de pierres.





On atteint finalement le Half Way Guesthouse, perché sur le rebord du vide .

J'arrête ici pour la nuit.

Les 4 autres foreigns aussi.

Mais pas la poignée de souris et leurs souliers plateformes.

Elles ont décidé de rejoindre l'autre gîte, au bas de la montagne.

Elles sont plaignardes mais courageuses les petites chinoises masquées.

On les retrouvera donc demain celles-là.

Pour moi, 7 heures de marche sur des corniches comme une chèvre des montagnes, ça me suffit amplement pour aujourd'hui.



Note à Moi-Même:

Au Half Way Guesthouse, la toilette n'est qu'une fente en céramique d'où coule un filet d'eau. Cabines individuelles avec une porte, mais pas de mur de fond. Toilet with a view. L'immense montagne est là, devant moi, pendant que je fais mes nécessités.

Jamais autant souri,

autant accroupi.



2 mars...



On quitte le guesthouse du haut de la montagne en matinée alors qu'il commence à faire clair, mais sans que le soleil se soit encore pointé. Caché derrière l'impressionnante palissade de roc, le soleil ne fera son apparition qu'à 10h30AM, alors que notre marche est déjà bien avancée.

Tranquillement, on redescend la montagne, longeant les parois rocheuses sur un chemin parfois large d'un seul mètre le long d'un insoutenable précipice.

Un faux pas et la loi de l'attraction terrestre va rageusement me prouver qu'elle tient aussi pour la Chine.



On avance lentement sur le sentier rocailleux où souvent les rochers piétinés ont des allures de bijoux polis tellement la route a été empruntée.

Je me sent loin, mais il y a des indices qui ne démentent pas: on n'est pas les premiers à passer ici.



On rejoint bientôt l'auberge du bas, celle qui donne accès à la route asphaltée.

Les petites souris masquées y sont à jouer au UNO.

Presqu'euphoriques, elles me secouent la main comme on essuie une vitre.

Elles se démasquent pour l'occasion et me souri largement.

Maintenant qu'elles ont finit de souffrir, elles ont recommencés à sourire franchement.



Le temps d'un bol de riz frit et d'un café instantané... et me voilà déjà dans une mini-van en direction de Shangri-la, porte d'entrée de l'intriguant Tibet.

Je n'ai pas l'intention de me rendre au Tibet par contre.

Shangri-la sera donc la destination la plus éloignée où j'irai dans les montagnes du Yunnan.

...



Je ne me doutais pas une seconde que j'étais pour vivre l'une des plus effrayante ride de ma vie...



Etienne X


Additional photos below
Photos: 9, Displayed: 9


Advertisement



Tot: 2.552s; Tpl: 0.05s; cc: 32; qc: 134; dbt: 0.0881s; 2; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.7mb