Kep-Kampot et Kho Tonsay


Advertisement
Cambodia's flag
Asia » Cambodia » South » Kampot
February 19th 2010
Published: February 19th 2010
Edit Blog Post

En se promenant dans la ville de Kep, on aperçoit nos premiers singes sauvages. Évidemment nous sommes très excités de les apercevoir d’aussi près. Il y avait même une mère avec son petit bébé collé sur son ventre. Ils étaient plus d’une dizaine de singes qui ce promenaient en plein milieu de la rue en quête de petits fruits tombés des arbres.

Nous prenions des photos d’eux et là tout d’un coup, un mâle dominant qui était plus gros que tout les autres a commencé à courir après Seb. Tout c'est passé tellement vite, que dans sa tête, il se dit ; soit je continue à courir pendant 2 km en laissant ma bien-aimé derrière moi et peut-être même que la tribu de singe kidnappera ma dulcinée à tout jamais…Attention musique de film d’horreur….toudoudou…. Et la deuxième option, affronter ce singe devenu complètement fou…La suite au prochain blog !

Bien non ! On ne vous laissera pas sur votre appétit ! Et bien croyez-le ou croyez le pas, Seb à décidé d’affronter ce singe complètement fou en faisant lui aussi le singe. Oui ! Oui ! Avec les gestes, en montrant ses dents et les sons…et ce pendant au moins 20 secondes. À partir de ce moment, le singe a eu peur de Seb et à décidé de reculer. Clap ! Clap ! Clap ! Ah ! C’est beau l’amour surtout en cette période de la St-Valentin ! Merci mon amour tu es mon king kong Cambodgien préféré !

Malheureusement, nous aurions aimé vous montrer plusieurs photos des singes mais nous avons oublié de mettre les photos dans l’ordinateur pour les sauvegarder….alors nous en avons seulement sauvegardé une ! Snif ! Snif ! Snif !

Après notre aventure avec les singes nous avons décidé d’aller se reposer à 30 minutes de bateau du continent vers une petite île habitée de 100 Khmers au nom de Kho Tonsay. Quel bonheur !

Nous nous sommes logé dans un petit bungalow à 7$ US incluant une douche et une super belle toilette turque comme MC les aiment….Avec bien sur vue sur la mer ! Une fois arrivé sur l’île Seb en profite pour aller faire du snorkelling avec son masque et tuba et en moins d’une heure il a capturé 3 pieuvres. Oui ! Oui ! À défaut de ne pas pouvoir pêcher des langoustes des Bahamas ils c’est mit aux pieuvres du Cambodge. Qui aurait cru ! Nous les avons dégustés à notre grand plaisir.

Nous avons passé 3 jours incroyables à se reposer et à contempler l’un des plus beau coucher du soleil que nous avons vu. De retour à Kep, nous nous sommes arrêtés dans une petite boutique au nom de Lili Perles tenu par un couple de Français. Dans cette boutique, il y a milles et une perle de toute sorte pour fabriquer des bijoux. Alors, nous en avons profité pour se faire un collier pour MC et un bracelet pour Seb.

Notre route se poursuit vers Kampot ou cette région est réputée par la production de poivres vert, noire et blanc ainsi que par ses marées salantes. À notre arrivée, il y avait peu de vie dans cette petite ville ou nous avons apprit un peu plus tard que c’étais le nouvel an Chinois, la raison de cette tranquillité. Durant cette période, il ouvre au grand public la station climatique de Bokor à 1080m d’altitude. C’est une ancienne station climatique Française qui est aujourd’hui en ruine. Une villégiature Française c’est établie au début des années 1920 et il y avait un grand Hotel-casino, une église catholique, un bureau de poste et d’autres petits bâtiments. Alors comme c’est ouvert au grand public, on décide de franchir les 40 km de montés en scooter. À ce moment, nous ignorions l’état de la route. Une fois rendu sur place nous avons pu constater que la construction n’est pas à la veille d’être achevé. La route était remplie de petit caillou très pointu. L’idée d’avoir une crevaison lors de l’ascension nous est venu en tête plus d’une fois, mais comme on se disait qu’on menait une bonne vie….et bien il faudrait vraiment être très malchanceux ! Alors au bout de 2 heures pour finalement arriver au sommet on visite les lieux, très spectaculaire, pour la construction de bâtiments surtout dans les années 1920. Après 1 heure de visite il est maintenant temps de descendre les 40 km qui nous séparent de l’entrée du parc. Pendant les 30 premières minutes tout va très bien et là tout d’un coup…..le pneu arrière devient de plus en plus mou ! Oups ! Chéri nous avons une crevaison ! À ce moment, il nous restait environ 35 km à faire. Une première voiture arrête et malheureusement ils ne peuvent rien faire et c’est bien évident. La seule solution est d’attendre un pick-up pour mettre le scooter dans la boîte arrière, mais on peut attendre comme ça 1, 2 heures et même plus. On décide que MC se mettre à courir car nous ne pouvions plus être deux sur cette machine a deux roues. MC a du courir pendant 5 km jusqu’au moment ou une famille passait en scooter alors il nous on gentiment offert que MC embarque avec le papa et sa fille. Papa + jeune fille + moi = 3 personnes. Alors, nous avons décidé de nous séparer et de se rejoindre à la porte d’entrée du parc National. Pendant ce temps, Seb descendait le scooter en espérant qu’ un pick-up passe. Bingo, des jeunes Khmers ce sont arrêté et ont mit le scooter dans la boite avec Seb assis dessus pour bien tenir le balent pendant toute descendre très sinueuse. On c’est finalement rejoint un peu plus bas ! Une fois arrivé vers la civilisation, ils nous ont laissés chez un Khmer pour faire la réparation du pneu au coût de 0.75$. Tout est bien qui finit bien !

Alors voici en photo la visite de Kep, Kho Tonsay, Kampot et le parc National de Bokor.

Au prochain blog ; la plongée sous-marines au Cambodge !


À savoir

Malgré la signature de traités de paix il y a 10 ans, la guerre civile continue de faire des victimes ; les civils qui marchent sur une mine ou sont blessées par un engin non explosé.

La première utilisation massive de mine date du milieu des années 1980, lorsque l’armée Vietnamiennes - utilisant la main d’œuvre locale- construisit un champ de mines de 700 km le long de la frontière Cambodge-Thailande. Après le retrait des Vietnamiens, d’autres mines furent mises en place par le gouvernement Cambodgien afin de défendre les villes, les villages, les bases militaires, les ponts, les postes-frontaliers et les route d’approvisionnement pour protéger les régions dont ils s’étaient emparés. Au milieu des années 1990, le gouvernement déposa encore d’autres mines lors d’offensive contre les positions Khmère rouge.
Aujourd’hui, le Cambodge est l’un des pays les plus touchés par les mines antipersonnel et compte le plus fort pourcentage de personnes amputées à l’échelle de la planète-plus de 25 000 Cambodgiens ont perdu un membre à cause d’un engin explosif. Malgré d’intensives campagnes de sensibilisation, 30 personnes en moyenne sont tuées ou blessées chaque mois. C’est un grand progrès par rapport au milieu des années 1990, quand le chiffre s’élevait à 300 par mois, mais cela reste inacceptable dans un pays officiellement en paix.

Au Cambodge la vie est très difficile pour un Khmer moyen dans un pays qui reste l’un des plus pauvres d’Asie. Selon le programme des nations unies pour le développement (PNUD) le Cambodge demeure plus pauvre que la Mongolie et le Salvador et se place devant la Mauritanie. Le Cambodge est classé le 151e pays le plus pauvre sur 163.*

*Texte tiré du Lonely Planet



Additional photos below
Photos: 39, Displayed: 27


Advertisement



19th February 2010

RoumA
On vous admire.....xxx
23rd February 2010

À Rome...
Sébastien et Marie-Claude, heureux de savoir que des singeries vous ont sauvés sans avoir à vous sauver. Il faudra changer le dicton «À Rome on fait comme les Romains» par «Avec les singes, on fait comme les singes!». Bonne continuation d'épopée! Pascal d'Ottawa

Tot: 0.15s; Tpl: 0.02s; cc: 18; qc: 82; dbt: 0.0169s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.5mb