Oussouye, Casamance (Le Roi des Floups)


Advertisement
Senegal's flag
Africa » Senegal » Lower Casamance » Ziguinchor
March 17th 2018
Published: March 20th 2018
Edit Blog Post

13-14 mars



"Je suis allé en Casamance, j'en rêvais depuis longtemps à cause du mot romance" André Malraux



Séparée du reste du Pays, la Casamance se trouve enclavée entre la Gambie au nord et la Guinée-Bissau au sud.

S'y rendre en taxi-brousse semble être une désagréable aventure de patience, causée principalement par une interminable attente (paraît-il) au poste frontalier de la Gambie.

L'option préférée des voyageurs demeure donc le traversier qui, 2 à 3 fois par semaine, quitte Dakar pour rejoindre Ziguinchor (en Casamance) en une quinzaine d'heures de traversée.

Ayant prévu le coup depuis plus d'une semaine, j'ai (heureusement) un billet de croisière entre les mains, ce qui m'empêchera d'effectuer les suffocantes étapes de route terrestre jusqu'à Ziguinchor.

...

Comme planifié, je m'installe dans l'édifice flottant, vaisseau maritime reliant la capitale sénégalaise à la verte Casamance tout au sud du Pays.

Je m'y retrouve avec beaucoup de toubabs (les blancs) mais d'abord avec des locaux qui, pour la plupart, vivent cette traversée comme un événement marquant de leur vie.

Perché sur la poupe, je vois l'important port de Dakar s'éloigner derrière nous.



Il est 20h00 et le bar sur le pont ensoleille la nuit tombante d'un bronzant mbalax nerveux.

Sans presse, je gagne ma couchette, dans un dortoir à 8 lits que je partagerai avec une poignée d'enfants tressés qui, pour le moment, sont branchés sur une tablette électronique qui joue fort un épisode de Kirikou.

Sous mon lit, une paillasse fera dormir une ancêtre cachée sous un parachute d'un jaune si flamboyant

qu'il pourrait brûler les yeux comme une éclipse si on le fixait trop longuement.

De plus, la femme hurle quand elle parle,

certainement pour pallier à une surdité grandissante et au final,

pour clairement pouvoir entendre (voire comprendre) ce qu'elle dit.



Un homme noir comme de la suie apparaîtra bientôt dans le dortoir aussi,

ronfleur de compétition et goudronné par sa cadence chronométrée de fumeur insatiable.

Je me gobe deux Gravols, davantage pour ses effets secondaires de somnolence que pour sa force à stopper le mal de cœur.

Malgré mon bruyant voisinage, la traversée passera étonnamment vite, bercé par les flots nocturnes de l'Atlantique.

Avoir eu un biberon, j'aurais certainement biberonné.

...



Il est 11h20AM et le traversier accoste au quai de Ziguinchor.

Depuis notre entrée sur le fleuve Casamance, des dauphins nous escortaient comme quelques fois les gamins l'ont fait à l'entrée des villages.

Le Sénégal est fait de pêcheurs, d'agriculteurs et d'enfants qui rient.



Dans un capharnaüm digne d'un marché aux aubaines, j'agrippe comme je peux ma maison à bretelles dans le lot et fait mon apparition comme ça, sur Ziguinchor.



La végétation est luxuriante sur la Casamance.

Les baobabs quasi absents ici ont été remplacés par des séries de palmiers,

et la sécheresse, par des rayures de forêts encadrant des terres arables en jachère.

Le sud est loin de ressembler aux désertiques régions nordiques du Sénégal.

Voyez-vous, géographiquement, la Casamance serait davantage le rez-de-chaussée du Pays,

mais ici, la région est surnommée le "grenier du Sénégal".

Je confirme donc: la Casamance est un immense jardin irrigué.



Note à Moi-Même:

La légende du Baobab

À la création de la terre, le baobab était l'arbre le plus magnifique.

Mais il faisait chier tout le monde.

"Gnan gnan gnan, c'est moi le plus beau!" qu'il crachait aux autres arbres.

Pour lui apprendre l'humilité, Dieu a voulu lui donner une leçon.

Il l'a donc déraciné, et puis il l'a planté à l'envers.

Fin





15 mars

Aussi loufoque que ça semble paraître, je m'étais fixé un étrange objectif à atteindre en Casamance.

Je m'étais renseigné un peu avant mon départ du Québec... et puis encore davantage depuis mon arrivée à Ziguinchor.

Voilà: c'est qu'en Casamance, dans le paisible village d'Oussouye (situé à une heure de route de Ziguinchor)

se trouve un Roi: Sibiloumbaye Diédhiou, Roi des Floups (ça ne s'invente pas).



Chef spirituel de la communauté des Floups (!!), le Roi a une influence considérable sur le village.

Proche collaborateur du Dieu "Ata Emit" (!!), le Roi reçoit les offrandes, prie et apaise la puissance divine à l'aide de sacrifices

(... pas humain les sacrifices, Dieu merci!)

Mais ne rencontre pas le Roi qui veut!

Et voilà donc le défi que je m'étais lancé au départ pour le Sénégal:

rencontrer le Roi des Floups.

...

.... Je débarque donc de mon taxi-brousse, à Oussouye, avec la ferme intention de serrer la pince du Roi des Floups.

"Vous connaissez le Roi?" que je demande à mon chauffeur de taxi en route vers mon campement d'Oussouye, trouvé sur le net.

"Bien sûr, tout le monde ici connait le Roi des Floups" qu'il me répond fièrement.

"Et je pourrais le rencontrer?"

...

(Silence)

... J'ajoute:

"J'ai amené un sac plein de crayons du Canada... et j'aimerais le remettre au Roi des Floups.

(Manigances. Voilà mon plan.)

Tous les membres de ma famille ont contribués vous savez... (mensonge)

et j'ai maintenant un sac plein de crayons à remettre au Roi des Floups".

Le chauffeur de taxi me regarde alors attendri, alors que je sors de mon sac-à-dos,

un ziplock plein de stylos

comme un pusher exhiberait un sac de cocaïne.

"Hmm" qu'il me répond alors, en replaçant ses yeux noirs sur la route....

"Bon... je vais voir ce que je peux faire. Je pourrais peut-être vous le faire rencontrer..." qu'il me dit.

Le taximan devient alors rapidement songeur.

"Je dois prévenir la Reine des Floups... pensa-t-il à voix haute, regard droit devant lui...

Je dois prévenir la Reine des Floups".



Bien vite, on arrive à un bâtiment allongé, sans flafla, aux murs roux et tapotés de terre cuite situé derrière la rue principale.

Dans la cours intérieure de la demeure, une vieille femme lave des torchons, courbée dans une bassine,

tandis que deux autres chauffent une quelconque mélasse sur une bombonne de propane.

Le taximan lance quelques mots en entrant.

La lessiveuse lui répond.

Moi je suis derrière, souriant comme un chaudron, essayant de deviner ce qui se dit.

"Hmm, que fait le taximan. La Reine des Floups est absente... dommage.

... Mais la Princesse est là".



"La Princesse des Floups?" que je m'exclame.

"Oui, me le confirme-t-il. Elle est juste là..."

Devant moi se trouve une gamine d'à peu près 7 ans qui m'observe, cachée dans sa jupe de Cendrillon sale.

Bizarrement, son museau morveux, activé par les allergies, se trémousse comme celui d'une musaraigne.

Je salue donc la Princesse des Floups comme je peux, en me penchant, levant ma casquette comme dans un film

(je n'ai pas l'habitude avec la Royauté).

Le taximan lui sort quelques mots, pour la faire sourire peut-être, je ne sais pas.

C'est alors que la Princesse, d'un bond, m'agrippe la main... et m'attire à la sortie de l'humble palace.

"Je lui ai dit que tu avais un sac de crayons pour le Roi des Floups.

Elle va te présenter son père... dans la forêt sacrée (!!)" que m'explique le taximan.



Me voilà donc, main dans la main avec l'honorable Princesse

et me dirige, accompagné du taximan aussi, vers la forêt sacrée, de l'autre côté de la route principale d'Oussouye.

J'ai le sac de crayons au frais, dans mon sac-à-dos.

Clairement, mon offrande ira dans les poches de Cendrillon.



Un chemin de sable s'étirant dans un boisé se trouve bientôt devant nous.

On se déchausse tous (sauf la Princesse qui était déjà nu-pieds) et puis nous pénétrons à pas feutrés

dans la forêt sacrée.

On fait quelques pas, puis nous tournons un coin... et puis voilà,

le Roi des Floups est là, au pied d'un arbre, assis sur un tabouret en bois royal.

Sans soulier (le Roi doit gouverner à jamais sans ses souliers !!)

et abrié d'une toge rouge vif de cardinal, il est là à écouter patiemment ses sous-fifres.

Sous sa couronne de feutrine écarlate, le Roi s'appuie adroitement sur un sceptre de paille, statufié et muet comme une carpe.

"Man Kassoumay" (ça va bien?) lui dis-je à mon arrivée, en trébuchant sur mon accent grave.

(le taximan m'avait dit vaguement comment aborder le marabout).

"Kassoumaybalé" (très bien) qu'il me répondit, atone.

La Princesse des Floups lui glisse alors quelques mots à l'oreille.

Le taximan aussi.

Et moi je suis là, le chaudron, nerveux pour je ne sais quelle raison

(Quel faux-pas dois-je éviter de faire devant de la Royauté qui égorge des poulets?)



Soudainement, le Roi, la Princesse et le taximan se retournent et me regardent.

C'est le temps d'entrer en scène:

"J'ai un sac de crayons pour le Roi des Floups" que je lance en récital

comme un gamin du primaire en oral, seul devant la classe.

Le Roi acquiesce de la tête, et puis remercie le taximan

(le Roi des Floups parle toujours aux touristes par l'intermédiaire d'un de ses valets).

"Il te remercie" me dit le taximan.



J'ouvre alors mon sac, lentement, pour ne pas effrayer personne,

et je sors le cadeau sous le regard ébahi de la Princesse des Floups.

Le Roi se lève alors de son trône, main sur les reins, en proférant un "Hmmmmfffff" comme une incantation.

"Le vénérable Roi se lève. Une photo est accordée" me lance précipitamment le taximan.

Je m'approche donc de la toge, en tendant la main en douceur, comme si je m'apprêtais à flatter un cheval sauvage.



Il y a contact: le Roi des Floups me serre la pince.

Le déclic se fait: une photo est prise.

Cendrillon, sac de crayons entre les mains, me sourit

comme seule une enfant peut sourire.



"Merci Roi des Floups" que je lui exclame alors en reculant, articulant les syllabes à chacun de mes pas,

tête baissée comme si je me trouvais devant César.

Merci.

.....

Et c'est ainsi que mon objectif fût atteint.



Je rejoignis donc ensuite mon campement d'Oussouye,

avec un souvenir mémorable et incongru:

une photo de moi et du Roi des Floups.



La vie me fait gravement rire parfois.



Etienne X



Note à Moi-Même:

Trouvé dans les menus du Sénégal:

1- Brière

2- Jus Ginginbre

3- Homelettes

4- Beafteckes

5- Les Pattes (la section des pâtes, on s'entend....)

Advertisement



Tot: 2.016s; Tpl: 0.058s; cc: 11; qc: 32; dbt: 0.02s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.4mb