Rotorua et ses environs : fumerolles, terres volcaniques et œufs pourris


Advertisement
New Zealand's flag
Oceania » New Zealand » North Island » Central Plateau
January 31st 2011
Published: January 31st 2011EDIT THIS ENTRY

Après plusieurs jours de pratique, la conduite automobile s’avère de plus en plus aisée. Nous ne mettons plus que rarement les essuie-glaces en marche au lieu du clignotant… Et nous roulons presque comme si de rien était du côté gauche de la route. Comme quoi, notre petit cerveau s’habitue vite…

Notre route, toujours pleine de petites bêtes écrasées (des possums plus précisément, leur nombre jonchant les grands axes est énorme !!) nous a menés dans la ville de Rotorua, située sur le plateau central de l’île nord. Ce lieu a été une curiosité pour notre nez… En effet, dans la ville il règne une odeur permanente d’œufs pourris, franchement pas toujours agréable. Cette ville de 70'000 habitants a été d’ailleurs surnommée « Sulfur City », la Ville du Soufre. Elle se situe en fait en plein centre de la zone volcanique encore bien active de l’île nord.
Un peu d’histoire : il y a 25 millions d’années, les terres qui deviendront la Nouvelle-Zélande actuelle ont été fortement bouleversées, à plusieurs reprises, par des mouvements de plaques tectoniques violents. En effet, la Nouvelle-Zélande se trouvait pile à l’intersection entre les plaques tectoniques indo-australienne et pacifique. Leurs contacts ont ainsi créé les nombreux massifs montagneux du pays que l’on connaît actuellement.
Pour ce qui concerne le plateau central, un fort abaissement des roches souterraines (-85km !) a provoqué l’émergence d’une multitude de sources d’eau chaude, encore actives de nos jours, de nombreuses fumerolles, visibles presque à chaque coin de rue, ainsi que l’émergence de plusieurs lacs du plateau, certains relativement grands comme le lac Taupo (616km2).
Bref, l’activité géothermale de la région est assez spectaculaire et on s’en rend vraiment bien compte… Espérons maintenant que Dame Nature ne décide pas de déclencher une petite éruption ou un petit tremblement de terre durant notre court séjour…

Notre séjour dans la ville s’est révélé plutôt agréable, tout d’abord, un backpacker très confortable, probablement le meilleur depuis notre début de voyage ! Spacieux, super propre, super bien organisé et surtout un grand lit double (Ben peut enfin s’étaler !) !
Puis la rencontre vraiment fortuite avec un habitant … du Bouveret !! :o) Qu’elle n’est pas notre surprise lorsque nous nous rendons compte qu’il s’agit en fait du fils d’une collègue à Ben ! Quel bel hasard… Nous avons pu même profiter de son expérience du pays et de ses conseils et adresses pour la suite de notre séjour… Nickel !

Mise à part quelques balades dans le centre-ville fort agréables et la rencontre avec les nombreux cygnes noirs habitants du lac, nous nous sommes aventurés un peu plus loin dans les environs directs de la ville :

Huka Falls et Wai-o-Tapu : entre attraction locale et merveilles du monde

En ce jour pluvieux (encore un), nous voici partis pour aller voir soi-disant une impressionnante cascade de la région, facilement accessible en voiture. Super, nous allons pouvoir mettre en pratique nos cours de photo pour jouer avec les effets des chutes d’eau sur l’image.
Nous arrivons sur place et sommes un peu … surpris du lieu… Les chutes sont belles mais sont franchement très petites !! En tout cas, elles ne valent pas tout le blabla qu’en font les locaux : survol en hélicoptère, trace sur l’eau en speedboat, etc. La Pis Vache est facilement 3 fois plus grande… Mouais… Nous repartons un peu déçus du lieu mais souriants en pensant aux kilomètres effectués pour venir voir cet endroit !

Heureusement que sur le chemin du retour, nous passons par le parc géothermal de Wai-O-Tapu qui comblera un peu notre journée.
Ce parc était considéré comme la 8ème merveille du monde avant l’éruption du Mt Tarawera en 1886, qui l’a passablement endommagé. Malgré cela, le lieu vaut la peine du petit détour pour admirer les étranges paysages d’une zone fortement volcanique.
Bon, faut quand même dire une chose………… ***** ce que ça pue !! A l’approche du lieu, un regard inquiet et dépité se lit sur notre visage : «Oh non encore cette odeur ! ».
De nos 5 jours à Rotorua, les 2 heures passées dans ce parc ont été notre plus longue et intense immersion dans l’air chaude et soufrée parfois irrespirable… cela a valu quelques exclamations au fil du chemin mais nous avons passés le cap. Heureux de retrouver un air « pur » en partant de là !
La marche dans le parc nous a permis d’observer un paysage fumant, quasiment partout et de nombreux lacs ou étangs parfois aux couleurs très étranges ! La couleur de l’eau et des roches du parc proviennent des composants chimiques de l’eau elle-même. Lorsque les éléments minéraux venant des entrailles de la terre, arrivent à la surface, ils se colorent au contact de l’oxygène, faisant apparaître des spectacles jaunes, oranges, blancs ou vert. Une vraie bizarrerie mais vraiment étonnante.

Mokoia Island : le paradis des oiseaux à l’état pur

Enfin le retour du soleil !
Très bien : nous partons à l’abordage de la petite île sauvage située sur le lac Rotorua !
L’île de Mokoia est actuellement une réserve naturelle de plantes et animaux natifs, appartenant à la population maorie. Ses derniers et seuls habitants ont été une famille de cette ethnie, les Arawa, qui ont quitté l’île il y a une centaine d’années. Depuis, la nature est totalement maître des lieux.

A bord du petit bateau nous amenant quelques kilomètres plus loin, la moyenne d’âge est plutôt élevée, à commencer par le guide, avoisinant probablement les 70 ans mais faisant son travail avec grande passion et humour.
Qu’importe l’âge, nous ne sommes pas partis pour la même expédition. D’un côté, nos 2 valaisans équipés à mort tentant d’atteindre en solo le sommet de l’île. De l’autre, une visite guidée de 2 heures sur les pourtours de l’île !

Notre aventureuse marche dans la forêt de l’île, parsemée d’embûches et suivant un petit sentier étroit en partie dévasté par le récent orage, nous permet, non sans quelques soucis, d’atteindre son sommet culminant à 460m. C’est également l’occasion de rencontrer les seuls habitants actuels : les oiseaux !
Ce lieu est en effet un paradis pour les oiseaux qui bénéficient d’une surface exempte de tout prédateur et présentant une végétation riche et dense. L’ambiance sonore est magnifique et extraordinaire. Le volume des chants et gazouillis de toutes ces petites bêtes volantes est superbe à entendre… Dommage que nous n’avions rien pour l’enregistrer.

Au final, cette journée se révèlera plutôt tranquille : mélange d’une petite balade de 2h avec le lézardage au soleil ou à l’ombre d’un arbre, seuls sur cette île isolée, loin de tout pendant un moment. Et il faut rajouter à cela nos innombrables minutes, l’appareil photo à la main, tentant de capturer un souvenir de ces joyeux et curieux habitants rencontrés, sommes toutes difficile à photographier.



Additional photos below
Photos: 20, Displayed: 20


Advertisement



5th February 2011
Wai-o-Tapu : étranges couleurs

Mmmmh
Coucou les Indianas Lapins Jones ! (ça faire rire Lionel) Comment ça se passe l'aventure ?? Jolie photo, mais heureusement que nous n'avons pas droit aux odeurs ;-) C'est pire qu'à Vulcano ? lol
5th February 2011
Mokoia Island : on nous suit !

?
Mais qui regarde-t-il comme ça ?? Vous ressemblez à quoi ?? ;-) lol
6th February 2011

Hello les lapinous ! Euh...pour vous dire la vérité, oui c'est pire qu'a Vulcano ! Ben dit même que c'est puissance 10 !!! Vous voyez la tête à Ben quand je mange des moules à côté de lui ??? Et ben il avait la même tête dans le parc !!!!
6th February 2011

Ah on avait oublié de vous dire, ici on se promène à poils ! C'est donc probablement pour cette raison que ce petit zozio était impressioné !! :)
6th February 2011

Je crois qu'on va mettre un lien de notre blog sur le site officiel du Milan ! Pour qu'ils reconnaissent les vrais fans !! :D

Tot: 1.986s; Tpl: 0.029s; cc: 20; qc: 93; dbt: 0.0514s; 93; m:apollo w:www (50.28.60.10); sld: 1; ; mem: 6.9mb