Eyre Peninsula : « just gone fishing » …


Advertisement
Australia's flag
Oceania » Australia » South Australia » Eyre Peninsula
April 14th 2011
Published: April 14th 2011EDIT THIS ENTRY

Après la grande traversée du Nullarbor, nous avons décidé de passer quelques jours sur la côte ; les derniers avant notre plongée de deux semaines dans le cœur rouge de l’Australie. Nous avons donc longé les côtes de la péninsule d’Eyre en reliant Ceduna à Port Lincoln, puis de là, Port Augusta.

Ah oui avant tout, petite parenthèse sur le somptueux ciel nocturne que nous pouvons observer en Australie. Je ne saurai vous dire pourquoi mais ici, il est limpide, pur, très étoilé. C’est comme si nous pouvions voir la Voie lactée ! Magnifique !

Revenons à nos kangourous ! Dès l’entrée dans cette péninsule, c’est comme si le printemps s’offrait à nous : immense étendue de fleurs jaunes à perte de vue et papillons virevoltant autour de nous. Ça change du Nullarbor :D ! Malheureusement, ce cortège incessant de papillons nous a valu de transformer notre van en machine de guerre : le pare-brise n’a jamais été aussi « tâché » !

Pour rejoindre Port Lincoln, nous avons traversé plusieurs petits villages de pêcheurs dont le plus agréable fût Streaky Bay. C’est ici qu’un célèbre aventurier est resté coincé une semaine avec son van il y a une année :D. Pour LE clin d’œil, nous avons même côtoyé le garagiste…

Nous nous sommes également arrêtés à Elliston, petite bourgade à la côte escarpée avec un joli camping et Coffin Bay, auto-proclamée « capitale mondiale » des huîtres ! Les petites bébêtes gluantes n’étant pas forcément un mets apprécié par nos deux campeurs, nous nous sommes contentés de visiter le coin à pied sans se mettre ce fameux repas local sous la dent.

Les derniers kilomètres jusqu’à Port Lincoln nous ont également livré une petit rencontre avec la faune locale. Des essaims de sauterelles d’environ 6-7 cm venant s’éclater sur notre pare-brise, après un saut de minimum 3 mètres, lorsque nous longions un lac salé : drôle de bruit et renettoyage :D.

Deux jours consacrés à la visite de Port Lincoln ont été bien suffisants pour apprécier le calme, la tranquillité et les spécialités culinaires, en l’occurrence le thon, de cette ville de 25'000 habitants, tout à la pointe sud de la péninsule.

La Péninsule d’Eyre a la réputation d’être un lieu rappelant la Méditerranée. Nous avons pu le voir surtout au niveau de ses paysages secs ainsi que par l’importance de la pêche. Nous ne pensions pas, avant de débarquer sur les terres australiennes, que ce pays était autant axé sur la pêche. Après tout, pourquoi pas avec des côtes si nombreuses et une faune marine si riche…
Cette péninsule a vraiment mis encore plus l’accent sur cette activité que ce que nous avions vu jusqu’à présent. Ici petits bateaux de pêches, pêcheurs déjà sur la jetée à l’aurore, odeur de poisson partout, zone dans les campings aménagée pour pouvoir vider son poisson fraichement pêché, décoration locale faite de filets, d’hameçons ou d’ancre, « Boat Ramp » (rampe d’accès à la mer pour les bateaux) partout, voitures tirant leur grosse barque sur leur remorque, convoi de gros tracteurs 4x4 tirant un énorme bateau sur les routes, bref, activité principale dans le coin !

Nous avons ensuite regagné Port Augusta pour notre dernière étape maritime.
Cette ville est le véritable carrefour de l’Australie : de là : au nord direction Darwin et les Territoires du Nord, au sud direction Adelaide, capitale de l’Australie du Sud, à l’ouest direction Perth en Western Australia et à l’ouest direction Sydney en Nouvelles Galles du sud. Pour nous, ce sera la route direction nord qui sera notre prochain axe de trace.
Sans être extraordinaire, ce petit port au bord du Spencer Golf s’est révélé plaisant malgré sa triste réputation : la ville souffre d’un grand problème d’alcool et de délinquance. De plus, une immense prison a été construite tout près, ce qui n’arrange rien au contexte. Dès lors notre camping fermait ses portes barricadées dès 21h30 ! Heureusement, aucun événement négatif n’est à déplorer pour notre séjour là-bas.
C’est également ici que nous avons eu notre premier jour de pluie en un mois ! Bon un sur trente ça va, ça fait même du bien :D.

Encore une dernière parenthèse sur la population aborigène. Les aborigènes furent les premiers habitants de l’Australie, bien avant que les blancs Européens viennent faire leur cirque dans le coin. Nous en avions vu quelques-uns dans la Western Australia, plus précisément à Kalgoorlie-Boulder mais on ne dirait pas que c’est la majorité de la population là-bas, en tout cas où nous sommes allés.
En débarquant en Australie du Sud, même directement à notre arrivée dans la première ville de l’Etat, à Ceduna, nous en avons vu beaucoup. Pour ceux qui ne se représentent pas le faciès de cette ethnie locale, on peut les décrire comme étant très foncé de peau mais plutôt chocolat foncé, assez petits, parfois blonds ce qui fait un sacré contraste avec la couleur de leur peau.
Depuis que nous en croisons régulièrement, nous nous sommes bien rendus compte que cette population semblent pour le moins défavorisée. Nous ne connaissons pas l’histoire précise de leur peuple avec le mélange des hommes blancs, mais visiblement, comme souvent, les locaux ont été « bouffés » par les nouveaux venus.
Nous en avons croisé surtout à Ceduna, à Port Lincoln et à Port Augusta. A chaque fois, le même spectacle : ces personnes sont au bord de la route, ne font rien sauf observer les gens qui passent, sont habillés pauvrement, semblent sales et souvent soit estropiés soit alcoolisés… En tout cas, ça a pas l’air d’être le top du top !
Dommage pour une population qui a le mérite d’avoir été la première à dompter ces dures terres australiennes avec des conditions de vie qui ne devaient pas être très faciles. On verra si la situation change ailleurs…
Parallèlement à cela, la culture aborigène est mise en relief dans les brochures et explications touristiques. Le savoir-faire de ce peuple d’antan semble être un atout pour le tourisme australien. Beaucoup de noms de villes ou certaines expressions locales viennent tout droit de la langue aborigène également. Mais cela fait contraste avec ce que nous avons pu observer jusqu’à présent.
Affaire à suivre…

Ainsi s’achève notre reposant périple sur cette jolie et tranquille péninsule. Maintenant, il est l’heure de s’attaquer à la Stuart Highway ! Centre rouge de l’Australie, nous voilà !



Additional photos below
Photos: 21, Displayed: 21


Advertisement



27th April 2011

Nom de Dieu !
Mitch ?! Vous l'avez vu, le jeunot blondin ? ou son pote frisotté dont je ne me souviens pas du nom... Ah ceux-là, après avoir commencé par les haïr parce que les réparations avançaient pas, j'avais fini pas m'y attacher :-) Le rituel du matin : aller prendre des nouvelles du van et dépérir en attendant le lendemain. Ils me l'ont quand même fait tenir jusqu'à Canberra, performance à laquelle ils ne croyaient pas trop. Bon c'est bien, on pourra évoquer Streaky Bay à votre retour, je m'en réjouis :D
27th April 2011

Mitch, on l'a aperçu de loin, il tentait de réparer un autre van que le tien au fond du garage... mais le frisotté, c'est à lui qu'on a eu à faire ! Très efficace pour nous, petit sourire au coin des lèvres. :) Sinon, Streaky Bay, pas si pourri que ça quand même ! Joli petit village. C'est pas le bled de Nullarbor par exemple ! Là, il y aurait eu de quoi se pendre durant une semaine ! :O) Ou alors, petit duel avec Stallone dans le seul bar du coin... :O)

Tot: 0.997s; Tpl: 0.032s; cc: 20; qc: 87; dbt: 0.0774s; 87; m:apollo w:www (50.28.60.10); sld: 2; ; mem: 6.9mb