La conclusion


Advertisement
Canada's flag
North America » Canada » Quebec » Québec City
April 19th 2013
Published: April 19th 2013EDIT THIS ENTRY

Premier souper à LisbonnePremier souper à LisbonnePremier souper à Lisbonne

À côté de notre hostel et de nos amis indiens...
18 avril 2013, Québec

Près de 5 semaines après mon retour au bercail, j’écris enfin mon dernier blog. Je dis ‘’enfin’’ non pas parce que c’est une tâche, mais parce que je sais que plusieurs d’entre vous l’attendaient avec impatience. J’en profite d’ailleurs pour vous remercier de votre support et de votre intérêt dans la dernière année, autant pour vos petits mots que vos longs courriels de nouvelles. Dans un cas ils étaient motivants et remontaient le moral au besoin, alors que dans l’autre ils me donnaient l’impression d’être parmi vous malgré les milliers de kilomètres qui nous séparaient.

Donc si j’ai attendu aussi longtemps avant d’écrire ma conclusion, c’était pour vivre le retour et le consigner dans mon petit carnet de voyage, comme conclusion de notre aventure.

Quand je suis arrivée, je n’ai pas eu un choc aussi marquant que ce dont je m’attendais. D’une part parce que je ne revenais pas seule ou avec Phil, mais avec Emmanuelle, une amie de longue date. En venant me rejoindre au Portugal, elle a amené avec elle une part de mon quotidien au Québec ainsi que des nouvelles de mes amies proches. Elle a aussi rempli un manque que
Ginjinha!Ginjinha!Ginjinha!

Une spécialité du coin: liqueur de cerise, homemade
j’avais en voyage : passer des moments entre filles, faire du magasinage entre filles, avoir des discussions de filles!

J’avais donc déjà entamé mes retrouvailles avec le Québec, d’autant plus que nous avons terminé notre périple par 2 mois en Europe, soit dans une culture occidentale très près de la nôtre. En plus que mes deux dernières journées furent à Paris! Mais n’empêche que lorsque je suis arrivée à l’aéroport de Montréal, entendre l’accent québécois dans toutes sortes de tonalités m’a bien fait rire. C’est la première fois que je réalisais à quel point il est ‘’gras’’, chaleureux et comique!

Donc si c’était à refaire, je terminerais par un pays complètement différent pour revenir et porter un regard nouveau sur le Québec. Heureusement pour moi, j’ai eu la chance d’arriver la veille d’une tempête puis d’aller me perdre en ski de fond dans une forêt de sapins qui croulaient sous la neige. Europe ou non, ça c’est unique et d’une beauté qui n’a rien à envier à aucun autre pays! J’ai d’ailleurs réalisé en voyage que nous sommes privilégiés de la nature vierge que nous avons. En Europe par exemple, j’étais stupéfaite de voir à quel point même en montagne il est impossible d’avoir un paysage sans marque de la présence humaine.

Après le choc de tout comprendre quand les gens parlent (ce qui est au début vraiment distrayant, comme si tes oreilles captent tout), mon deuxième choc fût lorsque j’ai fouillé dans mes boites pour me trouver du linge, des bottes et un manteau. Après un an à parcourir le monde avec un sac à dos en guise de maison, j’ai trouvé aberrant la quantité de linge que j’ai, et surtout la quantité que je m’obstine à garder alors que ça fait des années que je ne l’ai pas porté. Un grand ménage s’impose! En plus que depuis que je suis arrivée, j’ai toujours le même kit sur le dos; Phil m’a dit que je pouvais me changer maintenant que j’étais à la maison..!

Mon 3e choc fût mon changement de personnalité pendant les deux premières semaines, par rapport à comment j’étais avant de partir. Premièrement, j’étais procrastineuse!! Moi, Hélène Fluet, procrastineuse, ça ne se pouvait pas. Mais tout me semblait une tâche longue et ardue, pour des choses aussi banales que de ramasser mon linge ou de vider le lave-vaisselle. En voyant ma valise encore pleine après une semaine, ma mère se demandait si je ne la défaisais pas parce que c’était trop symbolique! Mais aussitôt que je me suis lancée dans la rédaction de mon cv et la recherche d’emploi, le naturel est revenu au galop. La satisfaction des choses faites et bien faites, de la réalisation personnelle et la motivation que nous apportent les défis. À ce sujet, j’ai déjà trouvé un emploi et je commence lundi prochain chez Onico Architecture. J’ai hâte!

Deuxièmement, j’avais peur des obligations, bien qu’elles n’étaient au début que sociales. En fait c’est ce qui me déboussolait, le fait qu’habituellement je cours après les évènements entre amis, alors que là je n’avais pas du tout envie de me bouquer un agenda mais plutôt d’encore vivre à l’improviste. Il faut dire aussi qu’au début, je trouvais les rencontres sociales exténuantes, comme si j’avais perdu l’habitude de me concentrer sur une conversation, en plus que j’étais sur le décalage horaire et qu’à 17h je baillais aux corneilles.

Et une fois que l’adrénaline du retour tombe, que se passe-t-il ?

Au début, quand les gens nous demandent si le voyage nous manque, la réponse est automatiquement non, sans hésitation. Tout est si facile et accessible, bon, propre, confortable; ça fait du bien d’être chez soi!

Puis peu à peu les souvenirs refont surface amenant avec eux la nostalgie. Juste en regardant mes notes pour compléter mon blog et mes statistiques, des lieux, des gens, des odeurs me reviennent en tête et ces banalités prennent tout un sens. Les excellents cappuccinos de l’Italie, nos promenades sous la pluie à Amsterdam, nos 5 à 7 au porto assises sur le bord du Douro, l’omoule fumée et les heures de lectures dans le transsibérien avec une tasse de thé à la main, etc. La beauté des souvenirs réside dans le fait qu’ils sont là pour la vie, comme pour palier à l’éphémèrité des moments. Quand je serai plus vieille, c’est à ce voyage et à tous mes moments passés avec mes proches et mes amis que je vais penser, et non pas aux autos et aux vêtements que j’aurai eus.

Il est donc évident que je recommande ce type d’aventure à tous, quoique je pense sincèrement que le backpacking ne soit pas fait pour tout le monde. À ce sujet, je vous recommande fortement le film ‘’ A
Shopping express de souliersShopping express de souliersShopping express de souliers

Tous à 5 euros, dans un commerce de la station de train.. c'est comme lâcher deux enfants dans une bonbonnière!
map for Saturday’’, tourné par un gars dans la trentaine qui est parti au tour du monde, seul pendant un an. Tous les aspects de ce type d’aventure y sont présentés. À tous ceux qui ont déjà voyagé : regardez le avec une boite de kleenex à porter de main!

Et maintenant, voici le bilan de notre rêve en chiffres, celui que vous attendez tous avec impatience! Parce que les chiffres, on ne se le cachera pas, ça impressionne!

Concernant le blog :

- 50 blogs, ce qui sur Word représente 82 pages en simple interligne

- 1027 photos

- 8531 visites



Concernant les 403 jours de voyage:

- 18 pays visités (pour la liste voir la section budget)

- 128 villes et villages. Pour la liste, regardez la carte! Où l’on n’y retrouve que la moitié d’entre elles, soit les principales, c’est-à-dire celles où l’on dormait. Voici l’adresse pour la carte : http://www.travellerspoint.com/member_map.cfm#/tripid/428256

- 4 nuits à l’aéroport, sur les bancs ou le plancher

- 3 coupes de cheveux

- 3 paires de pantalons fendues sur les fesses, 2 lifas percés, 1 polar fondu/troué, 1 doudoune déchirée et d’innombrables paires de bas et de tee-shirt usés jusqu’à l’os.



Concernant les transports :

- 24 avions

- 64 trains

- 10 bateaux

- 57 autobus



Et le chiffre tant attendu … roulement de tambour….. :

- 22 500$! (incluant l’assurance-voyage et les vaccins), dont environ 6000$ pour les visas et les grands transports (avions, passe de train au Japon et le Transsibérien) et 16500$ pour les dépenses quotidiennes.

- Voici le budget par pays : Inde (92j / 20$), Népal (35j / 25$), Singapour (6j / 31$), Indonésie (27j / 30$), Malaisie (6j / 25$), Turquie (25j / 32$), Suisse (5j / 57$), France (20j / 57$), Japon (37j / 75$), Chine (29j / 34$), Mongolie (8j / 48$), Russie (20j / 37$), Pays-Bas (7j / 51$), Allemagne (19j / 43$), Espagne (11j / 41$), Maroc (20j / 31$), Italie (23j / 48$), Portugal (13j / 61$)



Pour le budget, je dirais que c’est celui d’un backpacker à l’aise. Ça aurait pu nous couter un peu moins cher en ne mangeant que des pâtes au Japon par exemple, mais ça serait vraiment dommage de se priver des meilleurs sushis du monde quand ils sont à 0,85$ le morceau ! C’est la même chose pour l’Europe : nous allions à l’épicerie mais ça ne nous coutait pas tant moins cher que le petit restaurant du coin. Par contre, nous mangions beaucoup mieux, dans des pays où les charcuteries, le fromage et le pain sont à leur meilleur, et les légumes plus frais. C’est un investissement pour la santé, mais surtout pour le moral, qui à la fin du voyage a besoin d’un peu plus de carburant! Et de toute façon, manger est une grosse part du plaisir de voyager et un monde infini de découvertes.

Par contre, comme nous logions dans les auberges de jeunesse en Europe et dans des guesthouses moins que modestes en Asie, il aurait été difficile d’être plus économique quant au logement, excepté en faisant plus de couchsurfing en Europe. Mais comme la recherche des hôtes me prenait autant d’énergie que d’essayer de convaincre mon partenaire des avantages du couchsurfing, j’ai vite laissé tomber pour me consacrer à la recherche d’auberges de jeunesse qui respectaient mes critères très élevés… ce qui prenait autant de temps, sinon plus!

Voici maintenant la liste de mes coups de cœur :

 La plus belle ville visitée : J’hésite entre Suzdal en Russie, Zimmerbach et Cie en Alsace, Amsterdam, Séville, Porto, les villages des Cinque Terre en Italie et le village de Marpha au Népal. Bref, impossible de trancher!

 La moins belle ville visitée: Jakarta

 Les pays que j’ai préféré : l’Inde pour la diversité, la culture et la nourriture, le Népal pour l’Himalaya et ses habitants, la Turquie pour la beauté et la diversité de ses paysages uniques, le Japon pour les sushis, la culture et la gentillesse extrême de ses habitants et la Russie pour ses paysages hivernaux, son architecture en bois et les dômes en forme de bulbe.

 Le pays que j’ai le moins aimé : Chine (excepté Langmusi sur le plateau Tibétain et la Grande muraille de Chine)

 Le pays le plus dépaysant : l’Inde, puis le Maroc

 Le plus bel endroit naturel visité : pour les montagnes, j’hésite entre l’Himalaya et le Tour du Mont Blanc, pour le paysage désertique c’est la Cappadoce en Turquie sans aucune hésitation, pour la mer ce sont les falaises
Les pavés de LisbonneLes pavés de LisbonneLes pavés de Lisbonne

C'est définitivement ce qui donne le charme à la ville...magnifique!
blanches bordées de pins vert-lime plongeant dans la mer Méditerranée turquoise et limpide en Turquie, avec une mention toute spéciale pour le volcan Bromo en Indonésie.

 La plus belle architecture : celle en bois de la Russie (Suzdal et Tomsk) et l’architecture islamique du Maroc et de la Turquie.

 Les endroits les plus spéciaux : les abords du Gange à Varanasi avec ses crémations à ciel ouvert et le Red light district d’Amsterdam avec les prostitués derrière les vitrines.

 Mon meilleur repas : les thalies de l’Inde, les sushis du Japon et les tajines au citron confit du Maroc.

 Mon pire moment du voyage : l’heure passée dans une chambre infestée de puces de lit aux iles Andaman. Bien qu’on les ait vu en s’installant et que nous n’y avons pas dormi, j’ai passé par les stades de la panique, l’hystérie puis la paranoïa (et je le suis encore…).

 Mon plus beau moment du voyage : impossible d’y répondre, il y en a trop!! Évidemment, d’avoir partagé un bout de mon voyage avec ma famille et mon amie Emmanuelle fait parti des moments forts, surtout la seconde qu’on les aperçoit
ObidosObidosObidos

Festival du chocolat un lendemain de veille.... un fût suffisant!
pour la première fois depuis 6 mois ou un an.

La dernière question : y a-t-il quelques chose que je changerais ? D’amblée, c’est de terminer notre voyage ensemble, Phil et moi. Bien que j’étais avec une amie, je sentais un gros vide à côté de moi, surtout pendant le vol du retour. J’aurais aimé partager l’excitation du retour avec lui, avec la personne qui m’a suivi et supporté toute l’année, avec qui j’ai partagé mes joies, mes peines, mes frustrations, mes envies, mes craintes, mes déceptions, mes SPM ! Un gros merci à lui, pour avoir fait de cette aventure un souvenir unique qui nous appartient. Sincèrement, je ne crois pas non plus que tous les couples soient fait pour le backpacking de longue durée, mais le nôtre, il a passé le test haut la main!

Ce n’est que partie remise…..!

THE END

p.s. les photos sont celles de mon voyage au Portugal avec Emman


Additional photos below
Photos: 30, Displayed: 30


Advertisement



Tot: 0.177s; Tpl: 0.016s; cc: 11; qc: 32; dbt: 0.0365s; 32; m:apollo w:www (50.28.60.10); sld: 2; ; mem: 6.3mb